les amis de marcel carné

le forum des amis de marcel carné et de l'âge d'or du cinéma français
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 GTC (1947-2009)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
michel sanvoisin

avatar

Nombre de messages : 85
Localisation : rue des moines, paris
Date d'inscription : 11/11/2006

MessageSujet: GTC (1947-2009)   Mer 4 Nov - 14:30

Lu par hasard dans Le Parisien d'aujourd'hui (04.11.2009) cette news sur la fermeture du mythique laboratoire GTC, ici.

GTC était la dernière société qui subsistait des mythiques studios de Joinville. C'est là qu'ont été développé beaucoup de grands films français dès les années 40. Pour Carné, on pense aux films La Marie du port, L'Air de Paris et Juliette ou la Clé des songes .

Pour information un extrait de l'article, sinon la totalité est disponible sur leur site en accès payant : ici .

Citation :
Joinville-le-Pont
La cité du cinéma amputée de son fleuron
La légendaire cité du cinéma de Joinville perd sa locomotive. Le laboratoire GTC, où travaillaient hier encore 86 salariés, cesse son activité aujourd’hui.

Anne-Laure Abraham | 04.11.2009, 07h00

C’est une page de l’histoire du cinéma qui se tourne.
[...]
« C’est tout un savoir-faire qui va disparaître, se désole Jean-Michel, 56 ans, trente-six ans de maison. Quand je suis entré ici en 1973, on était 340. On travaillait 24 heures sur 24. J’ai tout appris sur le tas. Ce sont les anciens qui nous formaient et nous, on a fait de même avec la jeune génération. L’ambiance était très familiale. Ça fait du mal de se dire que ça s’arrête. » Jocelyne, 50 ans, ne réalise toujours pas : « Je pensais qu’il allait y avoir un repreneur. Je ne sais vraiment pas ce que je vais faire. » Une réunion avec Pôle emploi doit se dérouler à ce sujet ce matin. Mais Jocelyne n’y croit plus : « J’ai quitté l’école à 18 ans, je ne connais que ce métier… » Jean-Pierre, 52 ans, pense se tourner vers la restauration, mais l’émotion le gagne lorsqu’il évoque tout ce qui a fait sa vie pendant trente et un ans : « Ça m’a beaucoup apporté… »

[...]

A ce sujet voici un autre article (daté du 12 octobre 2009) sur le blog du conseiller municipal Benoit Willot, Joinville-le-Pont au jour le jour :

Citation :


Liquidation judiciaire de GTC et Centrimage

Le tribunal de commerce a prononcé, le 30 septembre 2009, la liquidation judiciaire de trois sociétés filiales du groupe Éclair avec, à la demande des dirigeants de ce groupe, une poursuite d’activité d’un mois « afin de favoriser la reprise de ces sociétés et la poursuite de leur exploitation. »

Le groupe Éclair est lui-même dans une situation très difficile. En juillet 2009, il a cédé au ses studios d’Epinay-sur-Seine (Seine Saint-Denis). Puis, le 8 septembre 2009, Éclair Group a été placé en « procédure de sauvegarde » par le tribunal de commerce de Nanterre. Le groupe emploie 630 personnes.

Les trois filiales concernées par la liquidation sont GTC, G2M et Centrimage. GTC est un laboratoire photochimique reconnu, fondé en 1947 par Pathé et Gaumont, implanté quai Gabriel Péri à Joinville-le-Pont. Centrimage, sur le même site, est une entreprise de post-production vidéo numérique née de la fusion de GTC Vidéo et de Citélab. G2M, dont le siège est à Paris, est une société financière holding de GTC.

Un projectionniste travaillant chez GTC déclarait fin septembre : « Il y en pour un mois pas plus.... On espère se faire racheter, mais rien n'est fait. »

Selon un communiqué du groupe Éclair, diffusé le 3 octobre, « de nombreux investissements en matériels et bâtiments ont été réalisés récemment dans ces deux sociétés qui s'appuient sur une équipe de qualité et bénéficient désormais d'un outil de production, photochimique et numérique de très bon niveau technique. »

Selon des déclarations faites à l'AFP par Thierry Forsans, directeur général du groupe Éclair (4/10/2009), c’est le passage au numérique qui serait responsable de la crise : « Le chiffre d'affaires du numérique est dix fois inférieur à celui de l'argentique et il emploie dix fois moins de personnes. »

Les offres de rachat peuvent être déposées jusqu'au 15 octobre et sont examinées par l'administrateur judiciaire, Me Gilles Baronnie (qui a ses bureaux à Nogent sur Marne). Si aucune offre de rachat n’est acceptée d’ici le 30 octobre, l’activité cessera et les actifs des deux entreprises, qui constituent le cœur du site historique du cinéma joinvillais, seront mises à l’encan.

Les sites internet de GTC et Centrimage renvoient le même message : « actuellement en travaux. »

GTC avait 86 salariés fin 2008, et n’en compte actuellement, après le plan social de l’an passé que 62. Centrimage compte en 2009 24 employés permanents fin 2007. Ce sont donc 86 salariés qui sont directement menacés.

J’ai l’intention d’aborder la question de cette entreprise lors du conseil municipal du 13 octobre 2009.

Et si le site de GTC est en travaux : http://www.gtc.fr/ il est possible via Google d'accéder (jusqu'à quand ?) à l'historique de cette société mythique où j'avais eu l'occasion de faire un stage laboratoire en 1989/1990.

L'historique est ici et là.
Le copier-coller de rigueur :

Citation :
HISTORIQUE du site de Joinville

En 1895, après avoir visionné le premier film cinématographique des frères Lumières, Charles Pathé fond avec ses frêres la "Société Pathé Frères" et prend pour emblème un coq pour sa fabrication de phonographe.

En 1897, la société pathé Frères devient la Compagnie générale de Cinématographe, de phonographes et de pellicules. jusqu'en 1901, il produira près de 300 films et s'installe dans une nouvelle et grande usine à Vincennes en 1906.

Le support des films de cette époque était en celluloïd, films nitro à base de coton-poudre, hautement inflammable. Quelques années auparavant, un terrible incendie du à l'embrasement de films en celluloïd fit 135 morts, dont la soeur de l'Impératrice d'Autriche Sissi, ainsi que 250 brulés.
Durant toute sa vie, Charles Pathé eut peur des incendie et veillat à la sécurité de ses ateliers, et tenta de limiter les stocks de celluloïd de ses usines. De ce fait, il eu l'idée de diversifier ses lieux de production, et trouva un terrain libre à Joinville-le-Pont.

La construction de l'usine commence le 4 août 1905 et se terminera au printemps 1906. Cette usine est doté d'une cheminée de 30 m de hauteur et employa jusqu'à 1200 ouvrier en 1908.

L'usine de Joinville est constitué de 25 bâtiments occupant 8.000 m2 sur une surperficie totale de 30.000 m2. Ceux-ci comprennent des ateliers de développement, de tirage, de montage, de titrage, des salles de projection, des ateliers de constructions mécaniques, des bureaux d'étude ainsi que des ateliers pour la construction de prototypes d'appareils pour l'exploitation et du matériel de tirage, pour le montage et la vérification des pièces fabriquées à l'extérieur.


Jusqu'au début de la guerre de 1939, l'usine produisait annuellement 15 millions de mètres de films 35 mm et 10 millions de mètres en format B réduit, en plus des travaux pour les amateurs.

et

Citation :
HISTORIQUE de GTC

Créée par la fusion des activités laboratoires des sociétés GAUMONT et PATHE en 1946-1947, le capital est détenu par ces deux société à plus de 85%.

Au fil des années, concentration des activités sur la seule usine de Joinville (-ex PATHE) : création sur le lieu en 1903 par M. PATHE d'une usine de fabrication de traitement de films cinématographiques. C'est en fait le berceau du cinéma français, pour ne pas dire mondial.

1958 : Création d'une filiale commune avec le groupe L.T.C. pour les activités formats réduits, filiale actuellement implantée à Joinville sur le même ensemble industriel G.T.C.

1970 : Implantation à Joinville - toujours sur le même ensemble - d'une activité de laboratoire photographique : société ROMAPHOT.

1979 : A la demande à la fois du principal actionnaire de C.M.T. - laboratoire cinématographique implanté à Gennevilliers - et de la société PATHE, et en accord avec la centre nationale de la Cinématographie, jonction de la C.M.T. et de G.T.C.

1980 : Concentration de l'activité industrielle sur l'usine de Joinville et fermeture de l'usine de Gennevilliers.

Depuis la fin de l'année 2005, GTC amorce une nouvelle phase dans son histoire après son entrée dans le périmètre d'Eclair Group.
Eclair Group et GTC vont former un ensemble à la pointe des technologies modernes de l'image et du son.

Vous pouvez aussi trouver cette pages avec des photos d'époque ici.

En cas où nous les avons récupéré...


Dernière édition par michel sanvoisin le Ven 6 Nov - 15:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
michel sanvoisin

avatar

Nombre de messages : 85
Localisation : rue des moines, paris
Date d'inscription : 11/11/2006

MessageSujet: Re: GTC (1947-2009)   Mer 4 Nov - 14:38

mis à jour le 11 décembre-

le site a déjà disparu mais nous avions pris soin de télécharger toutes les photos du site.
en voici une en souvenir :




Dernière édition par michel sanvoisin le Ven 11 Déc - 19:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
michel sanvoisin

avatar

Nombre de messages : 85
Localisation : rue des moines, paris
Date d'inscription : 11/11/2006

MessageSujet: Re: GTC (1947-2009)   Mer 4 Nov - 14:41

Un autre article de Benoit Willot daté du Mardi 9 septembre 2008 ici :

Citation :

42 licenciements à GTC

En juin, l’homme d’affaires Tarak Ben Ammar, PDG du groupe Quinta (production, distribution, industries techniques du cinéma et de la télévision), renonçait à acquérir le Laboratoire Eclair basé à Épinay-sur-Seine et dont GTC à Joinville est une filiale. Quinta contrôle notamment LTC, Duran Dubois et les Auditoriums de Joinville.

Sur son blog, Nouchema commentait ainsi cette annonce : « Le pire reste à craindre (…) ; le risque d'un retour de guerre des prix va conduire les laboratoires à revoir leur stratégie, et la variable d'ajustement risque bien d'être le personnel... »

La conséquence pour GTC a été quasiment immédiate.

Le 11 juillet 2008, le comité d’entreprise de GTC apprenait l’existence d’un plan de suppression de 42 emplois. Une nouvelle réunion du comité d’entreprise le 8 septembre engagera la période d’ouverture du guichet des départs volontaires ; les licenciements devraient être prononcés dans les derniers jours de septembre. Très peu de reconversions sont proposées par les dirigeants de l’entreprise : deux ou trois sur le site d’Épinay, un ou deux à Suresnes. Au total, c’est pratiquement le tiers des 149 emplois que compte actuellement GTC qui sont rayés de la carte.

Thierry Forsans est directeur général du groupe Éclair et de ses principales filiales (Éclair Laboratoires, Télétota, GTC, LNF). Le groupe avait connu un plan social en 2006.

GTC, créée par la fusion des activités laboratoires des sociétés Gaumont et Pathé en 1947, prenait la suite d’une usine fondée par Charles Pathé en 1903. En 2004, l’entreprise avait déposé son bilan, avant d’être reprise par le groupe Éclair.

Par Benoit Willot

Vous trouverez d'autres articles sur son blog via cette recherche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
michel sanvoisin

avatar

Nombre de messages : 85
Localisation : rue des moines, paris
Date d'inscription : 11/11/2006

MessageSujet: Re: GTC (1947-2009)   Ven 6 Nov - 16:03

Benoit Willot a posté un nouvel article intitulé "Joinville, c’est plus du cinéma" sur son blog ici.

et voici le copier-coller de rigueur :

Citation :


Vendredi 6 novembre 2009
Joinville, c’est plus du cinéma

L’administrateur judiciaire, Gilles Baronnie (Nogent sur Marne) n’ayant pas reçu d’offres qu’il puisse considérer comme satisfaisante a saisi le tribunal de commerce de Créteil qui a prononcé, le 28 octobre 2009, la liquidation de l’entreprise GTC (tirage de films), héritière des laboratoires Pathé, installée quai Gabriel Péri à Joinville-le-Pont. La mesure est devenue effective le 2 novembre. Un des concurrents directs, LTC, avait envisagé de présenter une offre avant de la retirer.

Les 86 salariés restant se retrouvent donc au chômage. C’est, pour Joinville-le-Pont, le troisième plan social d’envergure en un an après celui de l’automne 2008 qui concernait déjà GTC et la fermeture de l’entreprise de lunetterie Logo au printemps.

Les syndicats de l’entreprise (Cfdt et Cgt) ont, avec le personnel, pendu un pantin représentant GTC à l’entrée des locaux.

En ce qui concerne l’avenir du site du cinéma à Joinville, on remarquera que la table-ronde promise par le maire de Joinville, Olivier Dosne (Ump) et le sous-préfet de Nogent sur Marne il y a un an se fait toujours attendre. Lors du conseil municipal du 13 octobre, le maire n’avait accepté d’évoquer cette question que parce que j’avais usé de mon droit de poser une « question diverse ». Et il n’avait relancé sa proposition de table-ronde qu’après avoir reçu mon courrier, sans résultat jusqu’ici.

La fermeture est un drame pour l’emploi, un drame économique pour Joinville, mais également un grave danger pour le patrimoine cinématographique.

Alain Terzian, président de l’Union des Producteurs de Films a demandé la mise en place de mesures conservatoires visant à protéger les négatifs conservés chez GTC. Il estime qu’ils constituent un patrimoine très important.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
michel sanvoisin

avatar

Nombre de messages : 85
Localisation : rue des moines, paris
Date d'inscription : 11/11/2006

MessageSujet: Re: GTC (1947-2009)   Ven 11 Déc - 19:03

un très bel article sur le blog d'Eric Petit ici :

extrait :
Citation :
A l’heure où nous commémorons les chutes de mur, un pan de ruines du vieux cinéma vient de s’effondrer. Le laboratoire GTC de Joinville a définitivement fermé ses portes le 4 novembre dernier.
Il y a fort longtemps …. au temps des charrettes à bras et des becs de gaz, juste après la disparition des derniers dinosaures , Joinville fut une fourmillante cité de cinéma: studios, auditorium, laboratoires et autres composants de la joyeuse industrie cinématographique. De ces lieux magiques sortirent grand nombre de films mythiques. Carné y tourna Les Enfants du paradis, Les Portes de la nuit, Quai des brumes, Les Visiteurs du soir. Clouzot y accueilli son Corbeau et ses Diaboliques et Cocteau y présenta la Bête à la Belle. Entre autres …. Il me semble que le dernier film tourné dans les studios de Joinville fut La révolution française de Robert Enrico en 1989. Souvenir moins impérissable, il est vrai.
Le laboratoire GTC était le dernier vestige de ce petit monde de l’illusion. [...]

Il a également mis en ligne une video intitulée "Des gerbes de pellicules" :

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo

à suivre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: GTC (1947-2009)   

Revenir en haut Aller en bas
 
GTC (1947-2009)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Farrah Fawcett (1947 - 2009)
» Farrah FAWCETT (1947-2009)
» Stargate Convention (Paris - 2009)
» Japan Expo 10 (2009)
» [Offre Carrefour Noël 2009] Passeport annuel Fantasy à 99€

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
les amis de marcel carné :: L'Age d'Or du cinéma français :: Les Visiteurs du Soir-
Sauter vers: