les amis de marcel carné

le forum des amis de marcel carné et de l'âge d'or du cinéma français
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Shangols et le quai des brumes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
michel sanvoisin



Nombre de messages : 85
Localisation : rue des moines, paris
Date d'inscription : 11/11/2006

MessageSujet: Shangols et le quai des brumes   Mar 16 Juin - 16:15

Le blogueur Shangols revient en forme avec sa critique du Quai des Brumes.
Vous pouvez lire l'original ici mais rien ne vaut un copier-coller en cas où bien sur...
On n'ose lui conseiller de regarder le prochain dvd des Visiteurs du soir scratch qui sort en Novembre 2009...

Citation :

13 juin 2009

Le Quai des Brumes de Marcel Carné - 1938

C'est bien joli, ce Quai des Brumes, mais ça ne fait que confirmer une nouvelle fois la chose : Carné est désormais plus attachant par la nostalgie qui émane de ses films (l'effet "aaah le cinéma d'avant, quand même, on a beau dire...") que par les films eux-mêmes, souvent maladroits et assez plats. Ce serait méchant de parler comme ça de cette romance dramatique de belle facture, mais on ne peut s'empêcher de sourire gentiment aux tentatives de tragédie timidement proposées ici : Carné n'est pas un tragique, et jamais il ne parvient à la puissance d'un Renoir dans ce film qui se voudrait pourtant aussi social et noir que La Bête Humaine.

Tout est bien fait là-dedans, mais rien n'est génial : les acteurs sont très bien, malgré un Gabin qui en fait quand même suffisamment dans la première moitié dans son rôle de parigo dépressif (ses accents et sa gouaille sonnent un peu faux pour une fois, et Dieu sait pourtant que j'aime ce comédien). Les autres sont impeccables, Michèle Morgan en jeune première légèrement quiche éclairée en biais, Michel Simon en vieux jaloux moche, Pierre Brasseur en petite gouape lâche, et surtout Le Vigan génial en suicidaire au grand coeur (il a les meilleures répliques). Mais toutes ces stars sont quand même cantonnés à leur répertoire habituel, et on leur en voudrait de ne pas être bons quand il s'agit de rejouer éternellement la même chose. La photo aussi est jolie, un noir et blanc élégant qui rend bien l'ambiance brouillardeuse des décors de trauner (Le Havre, ses docks, ses bars de la Marine), mais elle est aussi très datée, un peu comme ces portraits de photographes des années 30 qui trouvaient toujours la bonne lumière pour éclairer un regard ; elle finit par créer un univers un peu lisse, peu crédible, trop glamour, là où on aurait pu espérer un peu de crasse. Les dialogues de Prévert sont bien entendu finauds et bien balancés ("mieux vaut avoir ma tête que pas de tête du tout", dit par un Michel Simon mochissime, c'est drôle), mais là aussi ancrés dans une tradition du bon mot qui paraît un peu soûlante à force. Tout est bien, mais tout est lissé, trop joli, trop bourgeois finalement.

Là où par contre je continue à douter réellement du talent de Carné, c'est dans la mise en scène, et surtout ici dans le montage. On ne compte plus les faux raccords qui font sortir complètement de situations qui méritaient pourtant le plus de précision (les dialogues Gabin-Morgan, au cours desquels on ne comprend jamais comment les deux acteurs sont placés, au cours desquels ils ne se regardent jamais réellement, sauf dans la très belle séquence du "T'as d'beaux zyeux"). Par ailleurs Carné ne sait absolument pas gérer les actions simultanées : le final où il doit monter en parallèle le départ de Gabin pour le Venezuela et une dispute entre Michel Simon et Morgan est absurdement amené, sans rythme, sans mouvement. C'est très maladroit, filmé à la va-vite et sans personnalité. On fermera les yeux en reconnaissant qu'on passe un moment diablement romantique à suivre les déboires gentillets de ce couple d'une nuit, et par respect pour le vieux Carné qui fait tout ce qu'il peut pour donner du bonheur aux spectateurs français en des temps troublés...

Personnellement, j'aime bien quand il reproche à Carné d'être trop bourgeois, c'est sur que Renoir lui était un enfant du peuple...Basketball

à suivre et bienvenue à lui sur ce forum (c'est trop d'honneur...)
Cool
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shangols



Nombre de messages : 3
Date d'inscription : 13/06/2009

MessageSujet: Duel   Ven 19 Juin - 0:20

Ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit : je ne sais pas si Carné est d'origine bourgeoise, je dis juste que ce film l'est, dans le sens où pour moi il est trop polissé, trop consensuel. Ma comparaison avec Renoir repose surtout sur La Bête Humaine, autrement plus grinçant que ce Quai des Brumes. Oui, je maintiens : pour moi, Renoir est très proche du peuple (vous avez vu Toni ? ou Le Journal d'une Femme de Chambre ? ou La Vie est à Nous ?), alors que Carné fait du film de studio très "romantique", peu ancré dans la réalité. Je comprends qu'on puisse aimer ça, mais c'est de l'évasion pure...
Je relève le défi, et regarde Les Visiteurs du Soir très vite. Sachez quand même que j'ai déjà vu à peu près tout Carné, que j'adorais étant ado. Aujourd'hui, l'âge aidant (ou défavorisant, comme vous voulez), je ne suis plus touché par ça. Je garde pourtant un merveilleux souvenir de Le Jour se Lève, et remarquez que j'ai apprécié Drôle de Drame.
J'aime nos discussions. Longue vie à vous.
Gols (from Shangols)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
michel sanvoisin



Nombre de messages : 85
Localisation : rue des moines, paris
Date d'inscription : 11/11/2006

MessageSujet: Re: Shangols et le quai des brumes   Lun 22 Juin - 19:20

Shangols a écrit:
Ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit : je ne sais pas si Carné est d'origine bourgeoise, je dis juste que ce film l'est, dans le sens où pour moi il est trop polissé, trop consensuel. Ma comparaison avec Renoir repose surtout sur La Bête Humaine, autrement plus grinçant que ce Quai des Brumes. Oui, je maintiens : pour moi, Renoir est très proche du peuple (vous avez vu Toni ? ou Le Journal d'une Femme de Chambre ? ou La Vie est à Nous ?), alors que Carné fait du film de studio très "romantique", peu ancré dans la réalité. Je comprends qu'on puisse aimer ça, mais c'est de l'évasion pure...
Je relève le défi, et regarde Les Visiteurs du Soir très vite. Sachez quand même que j'ai déjà vu à peu près tout Carné, que j'adorais étant ado. Aujourd'hui, l'âge aidant (ou défavorisant, comme vous voulez), je ne suis plus touché par ça. Je garde pourtant un merveilleux souvenir de Le Jour se Lève, et remarquez que j'ai apprécié Drôle de Drame.
J'aime nos discussions. Longue vie à vous.
Gols (from Shangols)

Bonjour Gols
C'est évidemment une affaire de goûts car je ne suis évidement pas d'accord avec votre défense de La Bête Humaine en opposition avec Le Quai des Brumes (même il s'agit d'un bon Renoir). Dire que le film est trop policé et consensuel est vraiment étonnant, sincerement.
Tout comme dire qu'il a fait un film de studio très "romantique", peu ancré dans la réalité. Le romantisme de Carné est justement une notion qui n'est pas souvent mise en valeur mais qui me parait très pertinente par contre au contraire je le trouve très ancré dans le réel. Sa vision desespérée est ancrée dans le réel et je ne vois pas en quoi il s'agit de l'évasion pure. On est loin du film de divertissement pur, non ?
On pourrait poursuivre en parlant de Renoir. En quoi ses films sont plus proche du peuple que ceux de Carné ? Dites-moi en plus, ça m'interesse et m'intrigue ?
"Toni" bien sur mais quid de "La regle du Jeu" ? (je provoque!)
"La vie est à nous" ? mais Renoir a piqué des plans de manifs tournés par Carné pour le PCF de l'époque.
Ceci dit, j'aime beaucoup le Renoir des années 30, "la chienne" par ex. et je place "la grande illusion" parmi les 5 plus grands films français.
a bientôt.
Cool
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shangols



Nombre de messages : 3
Date d'inscription : 13/06/2009

MessageSujet: Re: Shangols et le quai des brumes   Jeu 25 Juin - 18:16

Aïe, pas taper : cette fois, c'est pas moi, mais mon camarade co-bloguier qui s'en prend à Carné, en l'occurence Thérèse Raquin. A voir sur Shangols
Vous verrez qu'il est encore plus méchant que moi. La bataille continue !...
Gols
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
michel sanvoisin



Nombre de messages : 85
Localisation : rue des moines, paris
Date d'inscription : 11/11/2006

MessageSujet: Re: Shangols et le quai des brumes   Ven 26 Juin - 19:57

Shangols a écrit:
Aïe, pas taper : cette fois, c'est pas moi, mais mon camarade co-bloguier qui s'en prend à Carné, en l'occurence Thérèse Raquin. A voir sur Shangols
Vous verrez qu'il est encore plus méchant que moi. La bataille continue !...
Gols

Pas mal, je vois qu'il est en forme aussi votre ami !!
C'est facile de tirer sur Thérèse Raquin vu sous cet angle c'est sur.
Je ne vais vous provoquer en parlant des "Deux Anglaises et le Continent" car nous ne parlons pas de la même chose...

ceci dit, je vais peut-être arrêter de vous faire de la pub chez google...Rolling Eyes
mais n'ayez crainte je continuerais à vous lire avec humour.Basketball
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lilmoz



Nombre de messages : 11
Localisation : Nord-est
Date d'inscription : 29/07/2014

MessageSujet: Re: Shangols et le quai des brumes   Mar 29 Juil - 21:14

Pour moi "le quai des brumes" est le second meilleur film de carné apres "les enfants..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Shangols et le quai des brumes   Aujourd'hui à 7:28

Revenir en haut Aller en bas
 
Shangols et le quai des brumes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» QUAI DES BRUMES
» Quai des brumes
» Marcel Carné : Quai des brumes
» Le Quai des Brumes - Pierre Mac Orlan
» Quai des brumes-1938-Marcel Carné

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
les amis de marcel carné :: Marcel Carné en français :: "bizarre? vous avez dit bizarre ?"-
Sauter vers: